Visite à Brewdogland

Un premier passage à Édimbourg en 2011 avait été l’occasion de découvrir la brasserie Brewdog et l’occasion d’investir dans un mirifique portefeuille de 2 actions en mousse.

4 ans plus tard nous profitons de nouvelles vacances houblonnées pour assister pour la première fois à l’Assemblée Générale des actionnaires de la brasserie. Prétexte pour un roadtrip en Ecosse et une immersion en Brewdogland.

 

– Édimbourg –20150602_200956

Retour sur le lieu à l’origine de la découverte. En 2011 la bar venait d’ouvrir et je ne connaissais la brasserie que de nom. Séduit par les bières, j’y suis resté une partie du séjour. Et pour le fun, je décidais de lâcher un (gros) billet pour rejoindre le programme Equity For Punk.

4 ans plus tard, à part les nouveaux box rien n’a bougé. Le style qu’on retrouve dans maintenant à peu prêt tout leur bar est toujours là (ils en sont à combien maintenant ? 29 au dernier comptage). Exit toutefois les planches de charcuterie / fromage remplacées par des pizzas et des tourtes.

La seule nouveauté notable réside dans le Hop Cannon qui trône fièrement sur le bar. Ce soir c’est la Hello My Name Is Littre Ingrid qui a le droit à sa session de dopage sensoriel via l’ajout de citron et pamplemousse frais. Le résultat est intéressant et réussi, apportant beaucoup de fraicheur à la bière.

Pour la brasserie invitée, une sélection de bières de la brasserie Fyne Ales dont une délicieuse Black IPA au nom vaguement trompeur de Wee Milky Way.

 

 

– Aberdeen –

20150605_181040

Pour la suite du périple nous rejoignons Aberdeen, port d’attache de la nation Brewdog. A la veille de l’AGM, une visite au bar historique s’impose. Ouvert en 2010, il fut le tout premier à porter l’étendard de la craft révolution « à la Brewdog ».

Le bar déborde, les beergeeks d’un peu partout s’entassent avec leur bagages, une grande partie étant fraichement débarquée de la gare ou de l’aéroport.

Tout le monde attend non sans excitation le Ballast Point tapover, occasion de tester la fameuse Sculpin à la pression et ce dans ses différentes variantes (classique, Grapefruit et Habanero) ou bien la délicieuse Victory At Sea.

On reste toutefois raisonnable, la journée du lendemain s’annonce chargée.

 

—-

—-

– AGM 2015 –

DSC_0368 2

20150606_191927

Samedi 6 juillet 2015 – 11h du matin, ouverture des portes de l’Aberdeen Exhibition and Conference Centre qui héberge cette année encore l’AGM Brewdog. Au programme : réunion de présentation des résultats par la paire Watt / Dickie, des dégustations commentées, des concerts et bien sûr de nombreuses bières disponibles.

Ayant lu tout et n’importe quoi sur le déroulé et l’organisation des années précédentes, j’y allais sans attentes particulières voire avec une certaine appréhension. Les retours catastrophiques sur l’édition 2014 du fait des queues interminables aux bars ont laissé des traces et les « actionnaires » attendent les organisateurs au tournant. Sont attendus sur cette journée 6 000 actionnaires qui ont répondu présent à l’invitation de la brasserie.

Le site est froid et impersonnel (c’est un centre de congrès lambda) mais semble suffisamment gr20150606_152335and. Une grande scène centrale, des bars gigantesques tout autour, quelques stands de bouffe. La configuration est simple mais efficace.

La journée commence par une présentation d’une heure des 2 boss, en mode « on est cool, on est décontracté, on est des punks ». Si vous avez déjà eu l’occasion de voir leur émission Brew Dogs, c’est à peu prêt la même chose sans la vidéo mais avec une présentation powerpoint en plus. Les blagues fusent, c’est amusant, plaisant … et un peu flippant.

DSC_0298Pour faire simple : en 2014 on a tout déchiré, en 2015 ce sera pire. Les annonces s’enchainent : plus de bars (partout, sauf en France bizarrement), des nouvelles bières, plus de canettes, une extension de la brasserie, une ouverture d’une unité de production aux US, un hôtel 100% Brewdog, un nouveau site internet, une campagne Equity pour les US … la démesure est à tout les étages.

A une époque où certains s’interrogent sur l’essence du craft beer et de jusqu’où aller, nos 2 compères ont eux un plan assez lisible : grossir vite, occuper le terrain, être partout à l’image d’un Stone de l’autre côté l’atlantique. A voir jusqu’où cette stratégie de croissance va les mener.

Nous assistons ensuite à une session de dégustation Ballast Point en présence de 2 brasseurs en plein jetlag et qui mDSC_0402 2anifestement sont surpris par la taille de l’évènement. Nouvelle occasion de déguster une Suclpin et une Victory At Sea avec cette fois la bande son. Mikkeller, Beavertown et CAP sont également invités et proposent quelques bières aux bars et en dégustations commentées.

Pour le reste du programme ce sera bières et musique avec 7 groupes écossais invités. Les légendaires et trop rares Idlewild sont de la partie, j’avais un peu perdu leur trace après l’excellent The Remote Part de 2002, leur set sera l’occasion de réentendre quelques hymnes un peu oubliés.

DSC_0462Sur la plan des bières, la sélection est vaste. Une grosse partie du lineup Brewdog est représenté, complété de quelques sorties plus rares comme la Born To Die ou la DOG D.

Si on ajoute les bières des brasseries invitées et l’impossibilité de choisir un format plus petit que la pinte en plastique … la journée devient rapidement un traquenard et le choix des bières devient cornélien.

En fin de journée, le bilan est positif. Une journée sympathique et assez fun, une organisation au top, une expérience à vivre au moins une fois pour tout actionnaire de la brasserie en ayant l’occasion.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *